Sardaigne espagnol

La première création espagnole qui se trouve en Sardaigne est la chapelle gothique aragonais de la cathédrale de Cagliari, suivie par les églises de San Francesco di Iglesias, San Giorgio di Perfugas et la facilité de la cathédrale d'Alghero. Exemple de Toutefois baroque, est la cathédrale d'Alès.

La Pinacoteca Nazionale di Cagliari sont des œuvres des XVIe et XVIIe siècles, une période dans laquelle il est né et se développe une école remarquable dédié à l'art de la peinture du retable.

Les œuvres les plus importantes de la période de Savoie sont les théâtres de Cagliari, Sassari et Alghero, les palais des provinces et le Palazzo Comunale di Cagliari.

Iglesias, l'église de San Francesco

Dans le centre historique d'Iglesias, à une courte distance de la cathédrale, l'église de San Francesco, un des l'architecture gothique catalan le plus intact et significatif de la Sardaigne. Le bâtiment, en pierre volcanique et sédimentaire, a été construite en plusieurs étapes entre le '300 et' 500; les bâtiment actuel date du XVIe siècle et des ajouts et des interventions ultérieures ont maintenu leurs formes de gothique-catalane.

La façade, en forme de hutte, est ornée de deux fenêtres rondes et une rosace au-dessus du portail. A l'intérieur, arcs brisés supportant le toit en bois et diviser la nef, dont les côtés sont les chapelles nobles, sept de chaque côté. Grâce à une grande ogive vous venez au presbytère, un carré couvert par un hexagone.

Parmi les divers éléments de mobilier liturgique qui peuvent être trouvés à l'intérieur de l'église, nous notons le retable de San Francesco, retable de 1500, réalisés dans les ateliers du quartier Stampace de Cagliari.

Perfugas, l'église de San Giorgio

L'église de San Giorgio, construit au XVe siècle dans le style gothique catalan, entièrement en ébonite rouge, se tient sur ​​une roche volcanique à la périphérie de Perfugas. Près de l'église est le dolmen de San Giorgio.

La façade est ornée d'une frise de arcs trilobés, une belle fenêtre radialement et un portail surmonté par quelques statuettes rose, représentant Saints Pierre et Paul et de Saint-Georges et le dragon. L'intérieur, à nef unique, est couvert par une voûte avec des arcs gothiques reposant sur des colonnes décorées de motifs floraux et animaliers. Le retable de San Giorgio, qui se trouvait dans la zone de chœur de large, se trouve maintenant dans la chapelle du musée diocèse de Perfugas.

Alghero, la cathédrale de Santa Maria

Sur la petite place du Duomo Alghero donne sur la cathédrale de Santa Maria, construite au XVIe siècle avec un mélange intéressant de styles: ses anciennes structures, l'abside et le clocher octogonal, sont un exemple de g-otique Catalan pur; les transformations successives de l'intérieur et la façade remonte à la fin du XVIIIe siècle.

L'extérieur de la cathédrale se caractérise par «haut clocher, un symbole d'Alghero, qui se démarque dans le paysage urbain du centre historique. La tour, en style gothique et de forme octogonale, est partie de la première phase de construction du bâtiment: la base de la tour est le portail, décoré de fleurs de lys sculptées selon les raisons du gothique flamboyant, tandis que le haut est une flèche élancée. La façade, de style néoclassique, est orné d'un fronton triangulaire soutenu par quatre colonnes. A côté de la cathédrale se trouve le Musée diocésain d'art sacré, qui présente le trésor de la cathédrale et travaille dans les églises du diocèse.

L'intérieur de la cathédrale est divisé en trois nefs séparées par des piliers et des colonnes de goût classique. Dans les allées, il ya six chapelles, trois de chaque côté; une importance particulière est la première chapelle à droite, dédiée au Saint-Sacrement, qui abrite un impressionnant autel de marbre. Autres chapelles ouvrent sur ​​le transept, qui abrite également le mausolée de marbre néoclassique du duc Maurice de Savoie, construit au début du XIXe siècle par le sculpteur Felice Festa, commandée par Carlo Felice de Savoie, frère du duc.

En vertu de la dix-septième siècle coupole octogonale est le presbytère, entouré d'une balustrade en marbre incrusté par Joseph Massetti Génois en 1727. Le même artiste a également créé le maître-autel, avec le groupe de sculptures représentant l'Immaculée entre les anges, et l ' chaire élégante. Derrière le chœur en bois, abside polygonale, il ya cinq chapelles dans le style gothique, se sont réunis pour former un déambulatoire.

Ales, Cathédrale Saint-Pierre

Dans la petite ville d'Alès, dans la province d'Oristano, il est la cathédrale de Saint-Pierre, un style baroque monumental construit en 1687 sur les ruines d'une ancienne église. La cathédrale, dédiée aux saints Pierre et Paul, est au centre du village et donne sur une grande place en terrasse accessible par un escalier.

La façade est encadrée par deux tours, reliées par une terrasse, ci-dessous, qui est un portique à arcades en plein cintre. À la hauteur du prospectus est une statue de Saint-Pierre. Couronner l'édifice les deux petits dômes sur le haut des clochers et le grand dôme qui se trouve à l'intersection de la nef avec transept.

L'intérieur possède une nef, une voûte en berceau ainsi que le transept, avec deux chapelles latérales: la Chapelle des hôtes San Michele Arcangelo, ainsi que d'un autel avec une peinture de l'archange, également les fonts baptismaux, les travaux de la dix-huitième siècle; c les appels de Saint-Pierre de Vérone, à côté de la chaire en marbre du XVIIIe siècle, est ornée d'une peinture de son martyre; la chapelle du Saint héberge un autel du dix-neuvième siècle, le travail de Michele et Francesco Fiaschi Cucchiari, et une peinture du XVIIIe siècle représentant l'Immaculée; Enfin, la chapelle dédiée à saint Antoine de Padoue abrite encore un autel avec une toile, artiste anonyme, représentant Saint-Antoine avec l'Enfant Jésus, toujours le dix-huitième siècle.

Dans le transept sud est la 'autel de la Sainte-Croix, en grande partie peinte sur le mur, avec une sculpture en bois du Crucifié construits entre les XVIIIe et XIXe siècles. Dans le bras gauche, il est à la place de l'autel de marbre imposante dédiée à la Madonna del Carmine, avec une fine lame du peintre Pietro Angeletti.

Au centre du sanctuaire, entourée d'une balustrade de marbre, il est le maître-autel, décoré de statues de saints Pierre et Paul. Abside, rectangulaire, il ya un chœur en bois du XVIIe siècle.